Contrôle étanchéité

À l’instar de toutes les autres phases de construction, la pose de membranes bitumineuses en toiture doit être contrôlée de manière adéquate. Cela doit se faire pour vérifier si les bons matériaux ont été utilisés et si le chantier a été exécuté suivant les directives de pose du fabricant, les prescriptions reprises dans les Notes d’information technique du CSTC et les directives figurant dans les agréments techniques de l’étanchéité. 

Dans le cas d’une couverture bitumineuse, la qualité des finitions est cruciale pour la santé structurelle du bâtiment.  Un contrôle approfondi peut éviter pas mal de problèmes et de coûts supplémentaires – pensons par exemple aux situations dans lesquelles l’isolation prend l’humidité et perd son pouvoir isolant à cause de fuites, un scénario catastrophe pour toutes les parties prenantes au projet. Il revient en premier lieu au couvreur de contrôler son propre travail. « Il n’est en effet pas toujours évident pour lui d’exécuter son travail de manière totalement adéquate. Raison pour laquelle un auto-contrôle est nécessaire, suite auquel le couvreur pourra procéder à certaines adaptations le cas échéant », explique-t-on chez Bitubel.

 

Le rôle de l’architecte

La responsabilité du contrôle de la bonne exécution de toitures bitumineuses ne repose cependant pas seulement sur les épaules du couvreur. Les architectes ont aussi pour mission de vérifier si la qualité du revêtement de toiture est suffisante. Durant le chantier, ils doivent contrôler de manière régulière les différents entrepreneurs. Il leur faut vérifier in situ si les matériaux et leur mise en œuvre correspondent aux plans et si les travaux sont réalisés selon les règles de l’art. Les architectes peuvent confier cette tâche à un collègue architecte (spécialisé) mais, s’ils ne le font pas eux-mêmes ou ne sont pas sûrs de leur affaire, ils peuvent demander des contrôles supplémentaires au fabricant des membranes utilisées ou consulter le CSTC pour avis.

Certaines assurances garantie obligent à faire procéder à des contrôles par un bureau de contrôle externe. Il est important de garder à l’esprit que ces contrôles ne sont que des sondages et ne dispensent pas le couvreur d’un suivi permanent de son propre travail.  « Il est frappant de constater que les couvreurs n’apprécient souvent pas que leur travail soit inspecté par une tierce personne », relèvent les experts de Bitubel. « Pourtant, un regard ‘indépendant’ sur le résultat peut être très utile et éviter des problèmes et des coûts supplémentaires. Les couvreurs peuvent par ailleurs en retirer des enseignements, afin d’améliorer la qualité de leur travail à l’avenir. »

 

Dans le cas d’une couverture bitumineuse, la qualité des finitions est cruciale pour la santé structurelle du bâtiment.  Un contrôle approfondi peut éviter pas mal de problèmes et de coûts supplémentaires.

 

Principaux points d’attention

L’étanchéisation des joints et recouvrements est cruciale lors du contrôle d’une étanchéité avec des membranes bitumineuses. Sa qualité peut être vérifiée facilement au cordon continu de bitume dépassant le joint de recouvrement. La finition autour des ouvrages de détail (rives, relevés, drains d’évacuation, joints de dilatation, émergences, …) requiert une attention particulière. Des erreurs de pose sont généralement faciles à réparer – l’un des grands avantages des membranes bitumineuses. Celles-ci sont le plus souvent posées en deux couches, ce qui offre en quelque sorte une double sécurité.

Sur les toits plats qui reçoivent en plus une couche de protection lourde (gravier, dalles, …) ou une toiture végétalisée, il est nécessaire de contrôler doublement l’étanchéité à l’eau. Une fois celle-ci en place, le revêtement de toiture sous-jacent n’est en effet plus accessible, rendant toute adaptation ou réparation difficile à réaliser. Dans le cas d’une toiture sans isolation thermique ou d’une isolation inversée, on peut tester l’étanchéité en mettant le toit sous eau après avoir fermé les drains d’évacuation, en ajoutant ou non des colorants ou de l’ammoniaque. Dans le cas d’une toiture chaude (isolée) avec un pare-vapeur correctement placé, cette méthode n’est cependant pas adaptée.

 

Où trouver informations et conseils ?

Des informations complémentaires sur la pose adéquate des membranes bitumineuses sont disponibles dans les Notes d’information technique du CSTC : NIT 215 sur les matériaux, la composition et la réalisation ; NIT 244 sur les ouvrages de détail ; NIT 196 sur les balcons et NIT 229 sur les toitures végétalisées. Lors du contrôle de la bonne exécution de toitures bitumineuses, il peut aussi être utile d’utiliser des check-lists. Celles-ci peuvent être demandées auprès des membres de Bitubel ou via 

© 2020 ALTA couverture, pour le confort de votre maison.